LAGARRIGUE Séverine : Interview d'une Praticienne formée à l'ARTEC

Praticienne Séverine Lagarrigue

Témoignage d'une praticienne en techniques éducatives corporelles formée à l'Artec Formation : Une reconversion en praticienne de massages bien être

Après un bilan de compétences, et une envie profonde de me transformer en praticienne bien être, j’ai pris contact avec l’ARTEC.


J’ai tout d’abord suivi 3 modules me permettant d’obtenir une attestation de compétences en techniques éducatives corporelles, puis 7 autres modules pour le certificat de spécialisation.Les modules : massage bien être, relation d’aide, pierres chaudes, ayurvéda, marma veda, réflexologie indienne, pierres chaudes, sportif, future maman, maman bébé.


Les semaines de formation étaient toutes très riches tant dans l’apprentissage que dans l’échange et l’émotion.
Les formateurs très impliqués m’ont énormément apporté.
Les cours structurés, oraux ou papier m’ont permis de m’imprégner de mes nouvelles compétences.
Les groupes de stagiaires ont pour la plupart été très sympathiques, et il était très agréable de côtoyer des gens avec la même envie d’apprendre et dans le même domaine surtout.


J’ai travaillé 6 mois dans un cabinet de kinésithérapie, et j’ai ainsi pu former ma « main » à des corps très différents, tout en restant dans le toucher bien être.
J’ai obtenu l’agrément à la fédération française de massages bien être (FFMBE), et me suis installée chez moi afin de pratiquer mon nouveau métier.
Grâce à toutes les informations retenues lors de mes stages ARTEC, J’ai totalement refait une pièce de mon habitation, avec entrée indépendante pour offrir un lieu calme, tranquille, paisible à ma clientèle.


Les séances se déroulent toujours de la même façon :

  • accueil, prise de contact, interrogation sur la santé physique et psychique de la personne
  • déshabillage et mise en place sur la table de massage
  • rappel d’outils nécessaires à la relaxation et au lâcher prise
  • massage bien être
  • retour tranquille, interrogation sur les sensations et /ou émotions pendant la séance
  • rhabillage, thé ou verre d’eau.

 

Je précise que mis à part un client à la demande précise, je conseille les personnes dans leur choix de massage. En fonction de leur état général, tous les massages bien être ne sont pas forcément appropriés.

 

Interview :

Vous avez pratiqué un autre métier pendant 15 ans, comment avez vu su que le massage bien être vous correspondrait ?

Pendant 15 ans, j’ai en effet pratiqué la musique à haute dose et j’ai beaucoup enseigné.
Mon sens de l’ouïe ayant été saturé, j’ai tout de suite changé avec le toucher !
En fait j’ai toujours massé pour le plaisir et j’ai toujours reçu des massages pour le plaisir.
A un moment donné de ma vie, un changement s’est imposé à moi et j’ai choisi de me consacrer au bien être de l’autre par le toucher, le massage relaxant, le massage bien être.
Lors de ma formation ARTEC j’ai rencontré beaucoup de personnes en reconversion comme moi, et nous avons toutes trouvé que cet organisme répondait vraiment à notre demande et notre attente.

 

Avez-vous déjà rencontré des corps difficiles à masser ou même repoussants ?

J’ai rencontré toutes sortes de corps, hommes, femmes, abimés, avec des maladies de peau, un membre manquant, en fauteuil roulant, très âgés….
JAMAIS je n’ai hésité à poser mes mains sur ces corps.
J’estime d’ailleurs que c’est la grande qualité de mon métier : savoir toucher tout le monde….
Et vous savez très bien que toucher un corps, c’est toucher une âme.
Je ne refuserai jamais une personne sur un critère physique.

 

Vous dites que vous aidez certaines personnes à faire leur choix de massage bien être. Sur quels critères vous basez-vous ?

Tout d’abord sans connaitre la personne je pense à elle avant son rendez-vous.
La séance commence en fait, pour moi, avant l’entrée en contact physique.
Lorsque la personne arrive, j’observe son attitude, son débit de parole, son regard, son ensemble.
En général, là je sais déjà ce que je ne pratiquerai pas comme massage bien être ou je sais exactement ce que je souhaite lui proposer !
Si une personne très pudique souhaite un massage ayurvédique comme premier massage par exemple, je l’inviterai davantage à se tourner vers un massage moins « intrusif », plus protecteur et davantage sécurisant.
Nous en parlons ensemble et c’est la personne qui prend sa décision.
Ce rapport à l’autre est très bien abordé lors des formations ARTEC, chaque formateur partage son expérience et nous apporte l’essentiel dans la communication à avoir avec l’autre.


Vous guidez sans imposer en fait ?

Oui c’est tout à fait ça.
Le but étant que la personne reçoive ce qu’elle attend au départ.
Elle est rassurée quand on lui explique les différents choix possibles.
Pour les massages personnalisés comme ça, je n’impose pas non plus la position à prendre sur la table, dos ? Ventre ? C’est elle qui choisit.
Si elle me pose la question je ne lui réponds pas, mais lui propose de s’installer comme elle en a envie et voilà, son choix est fait !
Les protocoles ARTEC sont tellement ficelés qu’après avoir fait nos armes, il nous est très facile d’évoluer.


Pourquoi avez-vous décidé d’adopter une telle attitude avec les personnes que vous recevez ? N’est ce pas plus simple et plus rapide de s’en tenir à des protocoles ?

Si, si, il y aurait bien plus simple, mais ce serait moins intéressant et surtout, à mon avis, moins efficace !
Le massage est un échange : il est faux de penser que seul le « masseur » masse.
Le massé reçoit, le praticien donne et c’est cet échange qui va créer le bien être.
Essayez de masser une personne qui n’en a pas envie…..quel ennui !

 

Toutes ces façons de procéder semblent vous être évidentes, mais les avez-vous apprises ?

Oui et non. Je pense avoir toujours eu en moi cette qualité d’échange avec l’autre, dans la musique, la pédagogie, et le massage.
A l’ARTEC, j’ai travaillé cette qualité.
Les modules de relations d’aide par exemple sont indispensables à notre pratique.
La communication, la façon d’aborder l’autre, de lui apporter ce qu’il souhaite sans en faire trop, sans se prendre pour un psy…. ( d’ailleurs tout praticien devrait avoir quelques noms et coordonnées de thérapeutes à proposer car il n’est pas rare d’avoir besoin d’en conseiller !!)
Ma formation à l’ARTEC a été très complète pour moi.
Au delà du protocole purement technique, chacun de mes modules était axé sur l’autre, sur le « prendre soin », accompagner, faire du bien, faire du bien être…

 

A la fin d’une séance, arrive t il qu’une personne ne soit pas contente ?

On ne me l’a jamais dit, mais j’ai plutôt vu des personnes « chamboulées » « désorientées ».
Etonnées par ce qui venait de se passer.
A la fin de la séance, autour d’un thé ou d’un verre d’eau et petit gingembre confit, je propose toujours à la personne de me faire part de son ressenti, c’est à ce moment alors que nous pouvons revenir sur certains points éventuels.
C’est là que j’apprends parfois qu’il y a eu un souci sur une cheville ou un dos ou encore une main…..
L’histoire qui va avec.
Vous venez de toucher quelqu’un, c’est intime, alors il se sent bien et vous parle.
Mais !!!! Pas trop ( !), j’invite à ne pas trop intellectualiser tout ce qui s’est passé non plus.
Je propose alors de vivre tranquillement le ressenti, de ne pas passer de coup de téléphone par exemple, de rester dans sa bulle.
Maintenant pour en revenir à votre question, personne ne m’a jamais dit qu’il était déçu.
Dans ce cas j’imagine qu’il ne reviendra pas c’est tout.

 

On sent que vous êtes vraiment passionnée par ce métier de praticien en massages bien être. Avez-vous des idées d’évolutions pour la suite ?

Oui je suis passionnée pas ce métier, par ce rapport à l’autre dans le toucher bien être.
J’aimerai davantage développer les massages future maman, que je pratique déjà (formation ARTEC toujours), mais en insistant sur l’échange avec les sages femmes, les maternités, les gynécologues.
Je n’exclus pas non plus de mettre un jour un pied dans la formation….

 

Vous parlez beaucoup du centre de formation ARTEC, vous en êtes donc contente ?

Je suis une ancienne formatrice et je pense pouvoir dire que les formateurs ARTEC sont vraiment professionnels !
Que ce soit dans la relation avec le stagiaire, dans l’enseignement de leur discipline, dans la qualité de leurs ouvrages pédagogiques,
j’ai vraiment rencontré des formateurs extraordinaires, bienveillants et efficaces.
De l’accueil à la fin de la formation, je me suis toujours sentie bien à l’ARTEC, j’y ai trouvé exactement ce qu’il me fallait et je vis pleinement une reconversion réussie.

 

Découvrez la formation suvie par Séverine

Praticien en massages bien-être

 

Partagez cette page
Partagez cette page sur Facebook Partagez cette page sur Twitter Partagez cette page sur LinkedIn Partagez cette page sur Google+ Partagez cette page sur Viadeo Partagez cette page par email